À propos

Le carnet Tombe thébaine n° 33 (TT 33) vise à présenter les problématiques et les travaux en cours de la Mission Épigraphique Française dans la Tombe de Padiaménopé, pour partager et mettre en valeur ses recherches sur la littérature funéraire égyptienne et, plus largement, sur les procédés de transmission d’un patrimoine textuel en Égypte ancienne. Elle est le fruit d’une collaboration entre l’IFAO (Institut Français d’Archéologie Orientale, Le Caire), les laboratoires « Archimède-Archéologie et Histoire Ancienne : Méditerranée, Europe » (Université de Strasbourg, CNRS, Ministère de la Culture et de la Communication, INRAP, UMR 7044) et « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Université Paul Valéry – Montpellier 3, CNRS, Ministère de la Culture et de la Communication, INRAP, UMR 5140).

img_1817_silvia_2016

Tombe TT 33, vue de la cour et de l’entrée des appartements souterrains, 2016 (cliché S. Einaudi)

 

La tombe TT 33 est située sur la rive ouest de Louqsor, dans la nécropole de l’Assassif ; on la date généralement de la fin de la XXVe dynastie ou du début de la XXVIe dynastie (7e s. av. J.-Chr.). Elle est connue depuis longtemps des voyageurs européens en Orient et son plan figure dans la Description de l’Égypte.
Pour autant, ce tombeau monumental, véritable bibliothèque rassemblant plus de 2600 m2 de surface inscrite, est largement inédit. Seul l’égyptologue Johannes Dümichen (1833-1894), professeur d’égyptologie à l’université de Strasbourg, décidera de s’atteler à la tâche et publiera des autographies – non exemptes d’erreurs – d’environ un quart du monument (J. Dümichen, Der Grabpalast des Patuamenap in der Thebanischen Nekropole, 3 vol., Leipzig, 1884-1894)

du%cc%88michen_coupe_vol_1Détail du relevé de Johannes Dümichen, Der Grabpalast des Patuamenap in der Thebanischen Nekropole, vol. I, Leipzig, 1884

Plus tard, dans les années 1970, le Service des Antiquités égyptiennes décidera de transformer les trois premières salles du monument en magasin où sera entreposé plus d’un millier d’antiquités issues de divers fouilles, anciennes et récentes. Ce faisant, le Service mure la porte donnant accès à la salle IV, condamnant ainsi l’accès à la majeure partie du tombeau qui comprend vingt-deux salles réparties sur quatre niveaux souterrains. Cette situation perdurera jusqu’en décembre 2005, date à laquelle une équipe conjointe IFAO-université de Strasbourg ouvrira à nouveau l’accès à la salle IV après deux années de déménagement (inventaire et photographie, 2004-2005) des antiquités entreposées autrefois dans la tombe.

dscn4458

Couvercles de cercueils entreposés dans la salle III de la tombe 33 (2005) (cliché J.-Fr. Gout, IFAO).

La problématique du projet « TT 33 » est triple :
–    comprendre le fonctionnement de l’une des plus grandes tombes d’Égypte en étudiant ses textes et son architecture, en alliant les techniques de l’épigraphie (editio princeps, traduction, commentaire) et de la photogrammétrie (volumétrie de la tombe, emplacement des textes) ;
–    approcher la personnalité du propriétaire de cette tombe gigantesque, qui n’est pas un roi mais un prêtre, Padiaménopé (Pétaménophis), dont on ignore à peu près tout, y compris le nom du pharaon sous lequel il vivait ;
–    mettre en lumière les processus de transmission d’un patrimoine textuel à travers l’étude de cette tombe-bibliothèque.